< La Clef des Champs. Sept ans d'épanouissement

Photo_article_Telegramme_7_ans.jpg

Les associés ont remercié les contributeurs financiers au lancement de l'aventure, il y a sept ans. Des particuliers comptant parmi les clients-adhérents les plus assidus.

La Clef des Champs étale sa belle vitalité. Depuis son éclosion, il y a sept ans, la Biocoop de la rue Henri-Dunant a triplé son chiffre d'affaires. Les associés de la Scop peuvent nourrir des projets. Tout en gardant les pieds sur terre. Amuse-gueules (bios, forcément) et grands sourires ont accompagné la fin de la journée d'ouverture de samedi. Une bonne vingtaine de personnes répondaient à l'invitation lancée par les associés de la Scop La Clef des Champs, très reconnaissants : « Nous les remercions. Quarante souscripteurs avaient répondu à notre appel à participation. Ils avaient réuni la somme de 60.000 €, nous permettant d'ouvrir le magasin. Sept ans après, ils sont intégralement remboursés », se réjouit Adrien Abhervé, l'un des deux cofondateurs.

De 4 à 11 salariés

Pari gagné par la restitution d'une partie des bénéfices. Depuis son ouverture, rue Dunant, la Biocoop en a plutôt pas mal engrangés : « Entre la première et la septième année d'activité, le chiffre d'affaires a été triplé », précise Frédéric Le Saout. L'autre cofondateur se montre encore plus ravi d'annoncer que dans ce même intervalle, « l'équipe est passée de quatre à onze salariés ». Au-delà des ambitions prévisionnelles. Comment expliquer cette réussite ? « Nous tirons profit des effets médiatiques. Chaque reportage à la télé traitant des pratiques chimiques en agriculture conventionnelle nous amène de nouveaux clients le lendemain. La sensibilisation aux enjeux environnementaux, soulignés notamment par la Cop21, incite également les consommateurs à changer leurs habitudes », observe Adrien Abhervé. Il faut croire que certains y prennent goût : « Le panier moyen augmente. Cela signifie que les clients élargissent leur panel d'achat ici ». Avec environ 4.000 références dans les rayons, il y a effectivement le choix.

Clients adhérents

Bénéfices, dividendes aux contributeurs du capital initial, chiffre d'affaires... Les mécanismes microéconomiques structurant l'activité de n'importe quelle entreprise baignent donc dans l'huile à la Biocoop. Mais, précisément, La Clef des Champs est-elle une entreprise comme les autres ? Les associés s'en défient, naturellement. Le statut en coopérative salariale (partage des bénéfices à parts équitables) les distingue de la majorité des sociétés. Le rapport au client aussi : « Nous comptons 1.000 adhérents. Contre une cotisation annuelle de 3 €, ils peuvent emprunter du matériel de jardinage ou accéder à de la documentation sur les pratiques bios ».

Bientôt trop à l'étroit

Signalons encore un attachement à la valorisation des circuits courts : « Un quart de nos articles en rayon est issu de productions locales. Le reste provient de la plate-forme Biocoop », indique Adrien Abhervé. Cette croissance ne va cependant pas sans poser un problème. Le local exploité (anciennement Lidl) commence à atteindre ses limites. Un déménagement à moyen terme n'est pas exclu. Mais si l'on s'en tient à l'éthique défendue par ses chevilles ouvrières, la Clef des Champs restera en ville.>

© Le Télégramme
http://www.letelegramme.fr/finistere/landerneau/la-clef-des-champs-sept-ans-d-epanouissement-13-06-2017-11553249.php#R3z7fWrpptXpMoOi.99