Abglenn, logo Pour ce nouveau numéro de Plein Champ, nous quittons le Finistère ! Nous nous rendons quand même chez un de nos producteurs « locaux » (local = moins de 150 km selon le cahier des charges Biocoop) : Patrick André, éleveur à Pédernec (Côtes d’Armor).
Il nous approvisionne en direct en charcuteries (sous vide, conserves, et à la coupe) sous la marque « Abglenn » (fils de la terre).

Abglenn, bouc Abglenn, cochons Abglenn, cochons Abglenn, cochons Abglenn, cochons Abglenn, vaches Il faut quitter la voie express un peu avant Guingamp, faire quelques détours dans les ribines pour arriver chez Patrick, au « petit manoir », la ferme voisine de celle où il est né, au pied du Menez Bré.
La ferme a été préservée du remembrement. Toutes les parcelles sont entourées de talus arborés entretenus par des tondeuses performantes : bouc et chèvres !

Les cochons sont là, en plein champ (sur 30 hectares). Ce ne sont pas les cochons tout roses et lisses des imagiers d’enfants : il s’agit de porcs blancs de l’ouest (plutôt poilus et roux jusqu’à l’été !), derniers représentants de cette race rustique locale. Ils sont nourris avec un mélange de son (farines des boulangers bios locaux), d'œufs d’une ferme voisine et de sérum de lait de chèvre.

« Tout est bon dans le cochon »
Même si c’est le jambon qui se taille la part du… lion, il faut bien tout utiliser. Les possibilités et les idées ne manquent pas : sous vide (saucisses, saucisson à l’ail, chipolatas, merguez, rôti, lard, bacon…), en conserves (pâté, rillettes, petit salé aux lentilles, cocos cuisinés… et peut-être bientôt kig ha farz).
Tout est fait sur place, à la ferme, dans un laboratoire de 150 m². Patrick envoie ses cochons à abattage (2 bêtes par semaine en moyenne) le mardi, puis les carcasses sont de retour sur l’exploitation le mercredi, les préparations sont élaborées au labo le jeudi et les livraisons se font le vendredi. A cela s’ajoute la vente au magasin de la ferme le samedi, et le marché de Lannion le dimanche !

Cohérence
Du train Brest-Paris (qui passe juste à côté), on peut aussi apercevoir les vaches Pie Noir de Patrick André. Là encore race rustique locale, autant productrice de lait que de viande (réservée au marché de Lannion et au magasin à la ferme).
Si la visite vous tente, les portes sont grandes ouvertes, n’hésitez pas à le contacter !

A Kerialen on sait d’où l’on vient (Patrick connaît très bien l’Histoire du lieu) et où l’on va, cohérent et toujours précurseur : son nouveau projet, c’est de lancer une déclinaison régionale du mouvement « Slow food » !
D’ailleurs on dit Padrig Andrev, car il est aussi un grand défenseur de la langue bretonne (avez-vous remarqué que ses emballages sont bilingues ?).


Abglenn… netra ken ?! (« que dire de plus ?! »)







Plein champ n°6 Également au programme de ce numéro : des nouvelles de notre équipe (qui s'agrandit !), un retour sur le Congrès national de Biocoop, et des informations sur les maraîchers locaux (production de plants par « Sillon sème », et difficultés liées à la météo...).

Télécharger Plein champ : Plein champ #6 - Juillet 2012