La clef des champs - Biocoop - Landerneau

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 21 septembre 2017

Préservons la biodiversité grâce aux semences paysannes !

semences-paysannes-et-Biocoop.jpg

Les semences paysannes, c'est quoi ?

En agriculture biologique, les producteurs doivent utiliser des plants et semences bio. Or aujourd'hui, l'offre en semences bio est limitée et la majorité est issue de sélections industrielles standardisées, peu adaptées au mode de production bio et non reproductibles d'une année sur l'autre.

Les semences paysannes sont une alternative à ces semences industrielles. Ces graines (plants, boutures, greffons...) proviennent de la diversité des champs, elles sont sélectionnées et multipliées par les paysans bio et librement échangeables. Elles sont issues de variétés anciennes ou de pays et donnent souvent naissances à des variétés originales, adaptées aux terroirs et aux changements climatiques et cohérentes avec une démarche bio de qualité.

Des semences paysannes, pour quoi ?

- Renouveler la biodiversité cultivée
- Lutter contre l'uniformisation de l'agriculture
- Disposer de semences librement reproductibles
- Proposer une alternative aux OGM et aux plantes brevetées
- Retrouver des goûts oubliés
- Cultiver des graines naturellement plus résistantes
- Cultiver des semences adaptées à leur terroir, sol et climat
- Redonner de l'autonomie aux paysans

Un travail participatif

A cause d'une réglementation contraignante, l'offre de légumes issus de semences paysannes est faible. Pour la développer, Biocoop soutient des programmes de sélection participative, coordonnés par le Réseau Semences Paysannes et mis en œuvre par ses membres sur le terrain (ex : Asso Bio Loire Océan, asso Kaol Kozh).

Rôle du Réseau Semences Paysannes (RSP)
Créé en 2003 à l'initiative de structures françaises de l'agriculture paysanne, biologique et biodynamique, RSP regroupe aujourd'hui plus de 90 organisations nationales et collectifs locaux. Ensemble, elles font vivre les semences paysannes dans les fermes, les vergers et les jardins, et mettent en pratique les droits des paysans et jardiniers de produire et d'échanger les semences paysannes.

Biocoop & RSP : un partenariat depuis 2012
Développer les semences paysannes est une ambition partagée par Biocoop et RSP. Le partenariat entre Biocoop et RSP vise à soutenir financièrement des événements d'information du public comme la Semaine des Semences Paysannes (chaque année en septembre). Mais aussi à développer des programmes de sélection pour produire des légumes issus de semences paysannes dans chaque région et améliorer leur visibilité par le consommateur.

Vous aussi soutenez les semences paysannes !

Pour découvrir de nouvelles variétés Les légumes issus de semences paysannes offrent une diversité de variétés, des légumes moins standardisés, un aspect insolite de formes et de couleurs !

Pour découvrir de nouvelles saveurs C'est aussi redécouvrir des variétés oubliées avec des goûts différents et plus prononcés.

Une offre de variétés locales Les légumes ou les céréales issus de semences paysannes sont naturellement adaptés aux pratiques et conditions climatiques de leur région de production.

Et bien sûr, des produits conformes aux valeurs de l'agriculture biologique paysanne !

jeudi 24 août 2017

Nouvelle production locale : O.K. Kombucha, le kombucha produit à Plonéour-Lanvern

trio-kombucha-chapelle.jpg

Qu’est-ce qu’Original Kombucha ?

Original Kombucha est un thé vert sucré mis en fermentation avec une symbiotique de bactéries et levures (mère Kombucha). Original Kombucha est une boisson biologique aux mille et une vertus, désaltérante, régulateur de PH (reflux gastro œsophagien), détoxifiante, régénérante, riche en micro organismes (enzymes, vitamines, probiotiques…) et bien plus encore.

Que ce soit le kombucha naturel, au zeste de citron ou au gingembre, aucun arôme n'est utilisé. Original Kombucha est 100% Kombucha, 100% eau de source, 100% pétillant naturellement (aucun adjonction de gaz carbonique), sans conservateurs, sans pasteurisation, juste… 100% ORIGINAL !

Entreprise familiale et artisanale menée par Cynthia Person, Original Kombucha met tout en œuvre pour vous offrir à petite échelle un kombucha de grande qualité. De l’ensemencement, à la mise en bouteille tout est préparé à la main par ses soins.

Sa composition :

- Eau
Base essentielle du kombucha, la qualité de l'eau est primordiale. La source Icoranda (déesse des sources celtes), située dans le domaine familial des Monts d'Arrée, confère une eau d'une grande pureté. Puisant ses richesses entre les filons de schiste et de quartz, elle remonte par capillarité et se déverse entre les roches. Icoranda court continuellement et se déverse directement dans les cuves de préparation.

- Thé
Le thé vert sélectionné pour ce kombucha est de grande qualité, cultivé à Jiangxi en Chine, province proche du littoral, entourée de forêts de bambous et de pins. Il est certifié équitable depuis 15 ans, détenant le label FLO (Fairtrade Labelling Organizations).

- Sucre
Le sucre utilisé est biologique garanti pure canne et non raffiné. Il conserve donc toute sa saveur et contient moins de calories que le sucre blanc.

- Levures et bactéries
Véritables organismes vivants, les conditions atmosphériques sont essentielles à leur bon développement. Les "mères" d'O.K. Kombucha sont dorlotées afin de donner le meilleur...

Ses bienfaits en résumé :
- Système immunitaire renforcé
- Ensemencement de la flore intestinale
- Rééquilibrage du Ph (acido-basique)
- Détoxifiant
- Antibiotique naturel
- Soin du foie
- Anti rhumatismes et arthrite
- Purification du sang
- Tonifiant

Véritable boisson plaisir et santé, vous pouvez consommer le kombucha à tout moment de la journée, au réveil pour se booster, après le sport pour récupérer, au cours des repas... Bref, au gré de vos envies !

Disponibles au magasin en bouteille de 75cl : nature / gingembre / citron

jeudi 1 juin 2017

Visite chez le producteur : Les Bonnes Herbes de Kerlaoudet (Guiclan)

kerlaoudet.jpg

Isabelle et Loïc, installés à Guiclan et à la tête d'une exploitation de 4 ha, vous proposent des produits secs tels que des tisanes de plantes aromatiques et médicinales, des pestos et huiles aromatisées. Ils vendent également des bouquets frais (coriandre, basilic, …).

Elise, notre reporter à La Clef des champs, est allée à leur rencontre et leur a posé quelques questions sur leur démarche et leur production.

Ils sont donc adhérents du S.I.M.P.L.E.S. (Syndicat Inter Massif pour la Promotion et l'Economie des Simples) ; les Simples désignaient autrefois les plantes utilisées pour leurs vertus thérapeutiques. Cela se traduit par le respect d'un cahier des charges incluant notamment une récolte exclusivement manuelle, une culture en extérieur et un environnement de qualité autour de la ferme et des lieux de cueillette. Ce qu'ils apprécient plus particulièrement, c'est d'avoir un suivi permanent sur leurs produits : semis, entretien, récolte, séchage, mise en sachet et vente.

Les années passant, ils ont cherché une approche différente du travail du sol. C'est pourquoi, ils intègrent la traction animale avec leur jument « Bretagne » et sèment des engrais verts sur les rangs libres. Au mois de mai, on peut sillonner entre les allées de cassis, menthe, romarin ou admirer les fleurs d'aubépine.

Toujours dans un souci de respect de l'environnement, Isabelle et Loïc ont également intégré des matériaux dans leurs constructions, comme la ouate de cellulose, la laine de bois et leur bardage en bois Douglas non traité.

Vous pouvez retrouver leurs produits à La Clef des champs et aller les rencontrer sur le marché de Kerinou le samedi matin !

IMG_20170601_083352.jpg

dimanche 20 novembre 2016

Visite chez le producteur : Les P’tites Herbes de la Baie à Guisseny

C’est par un lundi après-midi ensoleillé du mois de novembre que nous avons rendu visite à Christine SALOU, cultivatrice de plantes médicinales et productrice de tisanes à Guisseny.

GBPIX_photo_684093.jpg

Le panorama est très agréable, les champs dominent la baie, c’est donc face à la mer que nous commençons la visite.

GBPIX_photo_684086.jpg

A la mi-novembre, les champs se mettent au «repos», la visite sera concentrée sur le séchoir.

Dans une partie du hangar à légumes (BIO) de l’exploitation, le séchoir est un univers de senteurs à lui tout seul : mélisse, menthe, rose, camomille, bleuet, soucis, pavot de Californie… une explosion pour les narines !

GBPIX_photo_684102.jpg

Les feuilles et fleurs une fois cueillies sont entreposées sur des claies (châssis bois non traité) dans le noir, avec une aération naturelle. Un déshumidificateur permet de maintenir l’hygrométrie à 50% d’humidité et la température à 20 ° !

Une fois séchées, elles seront entreposées à l’abri de la lumière dans des sacs en kraft, jusqu’à l’ensachage, fait maison.

GBPIX_photo_684092.jpg

Christine SALOU compose elle-même ses mélanges pour le plaisir du palet ou pour soigner les p’tits bobos!

Crédit photos : SHBL 2015 - gardenbreizh.org

mardi 6 septembre 2016

Edito de la rentrée

Panier bio

Les médias se sont depuis quelques mois (enfin) approprié les questions d’alimentation et d’agriculture et nourrissent ce débat de société fondamental : comment on produit et comment on consomme. Nous sentons, ici à La clef des champs et dans tous le réseau bio, une demande de plus en plus forte pour les produits de l’agriculture biologique, c’est une très bonne nouvelle ! Cette réussite a été construite patiemment et laborieusement par les pionniers exigeants et militants de cette filière. Aujourd’hui que l’agriculture bio et sa consommation se démocratisent, soyons pleins d’espoir mais vigilants pour qu’elle continue d’être indissociable des notions de circuits courts, d’agriculture paysanne, de commerce de proximité, d’échanges équitables.

La bio est en face d’un nouveau défi, et pas des moindres, celui de sa démocratisation. Nous espérons, au sens propre du terme, que la bio reste une affaire de tous les citoyens, consommateurs et paysans, et pas des quelques entreprises qui aujourd’hui s’accaparent le marché agro-alimentaire, grande distribution en tête...

mercredi 8 juin 2016

Visite chez le producteur : La Ferme du Grinec (Saint Cadou)

C’est par un bel après-midi de mai que nous nous sommes rendus à Saint Cadou, commune de SIZUN, pour visiter la ferme d’Alain Le Bris, l’un des deux fournisseurs de viande de porc du magasin. Perchées sur la colline, les terres semblent coupées du reste du monde et offrent de magnifiques points-de-vue sur les bois environnants. C’est dans ce cadre verdoyant que depuis 2003, et son installation, puis en 2006, sa certification bio, Alain élève des cochons.

Grinec1 Grinec3

Mais trêve de contemplation, la raison de notre escapade dans les monts d’Arrée est aussi technique. En effet, Le réseau coopératif Biocoop cherche à mieux connaître les pratiques de la multitude de producteurs locaux qui approvisionnent les magasins en direct. En effet, les fournisseurs nationaux ou régionaux de Biocoop étant soumis à un cahier des charges plus strict que le seul cahier des charges bio européen, il est tout à fait légitime de demander aussi à nos producteurs locaux d’être dans cette démarche pour une bio exigeante que nous souhaitons construire.

Grinec2Après une visite générale des différentes parcelles où paissent et gambadent des cochons de tous âges en extérieur, un petit tour dans la stabulation libre et sur paille, une visite du moulin à céréales, qui fabrique l’aliment d’engraissement des cochons, nous voici autour de la fiche de visite pour répondre avec Alain aux différentes questions sur ses pratiques. De l’origine des matières premières, à la taille de l’exploitation, en passant par les pratiques agro-écologiques, comme le travail du sol et le choix des variétés de semence ou des races animales...

P5220996.JPGL’occasion de se rappeler que Biocoop ajoute au cahier des charges bio de nombreuses préconisations : préférence pour les fermes 100% bio,

  • préférence pour la polyculture/élevage,
  • préférence pour une alimentation animale 100% bio dont au moins 20 % produits sur la ferme, et le reste acheté localement,
  • limitation du nombre de cochons par exploitation et par salarié,
  • limitation des surfaces d’exploitation et refus de l’élevage intégré (quand le paysan n’est plus que le salarié de grands groupes agro-alimentaires)…

et une obligation : pas de soja, colza, maïs ou riz non bio dans l’alimentation animale, car le risque OGM serait trop important. Il faut savoir que ces préconisations vont au-delà du seul cahier des charges bio européen.

Alain Le Bris respecte toutes ces différentes préconisations, notre fiche complétée va pouvoir être mise en ligne et rendue accessible à tous les magasins du réseau, en particulier à ceux qui s’approvisionnent également auprès de lui.

jeudi 4 juin 2015

bonplanbio.fr

image bonplanbioBONPLANBIO.FR vous présente une carte interactive qui référence plus de 800 points de vente de produits bio locaux en Bretagne.

Sa spécificité est de mettre en avant l'origine bretonne des aliments bio et les agriculteurs bio bretons qui les produisent.

En quelques clics, identifiez les lieux de vente proches de chez vous : vente à la ferme, dépôts de paniers, marchés, magasins bio...

Découvrez la diversité des produits bio et des circuits courts en ville ou en milieu rural et accéder à une alimentation de qualité en faisant la promotion d'une agriculture bio locale.

Le réseau des agriculteurs bio et les MAB de Bretagne vous garantissent que tous les producteurs présents sur cette carte sont certifiés bio.

dimanche 23 novembre 2014

Festival Alimenterre : ce lundi 1er décembre à Landerneau

Dans le cadre du Festival Alimenterre, La clef des champs vous invite au cinéma pour la projection du film Nourrir les villes : un enjeu pour demain (Irja MARTENS - 2013 - bande annonce).

Festival Alimenterre 2014
En 2050, nous serons entre 9 et 10 milliards d’habitants sur la planète, en majorité urbains. Pour nourrir les villes du futur, différents modèles ont récemment vu le jour, aux antipodes les uns des autres. Entre une agriculture de plus en plus industrialisée aux serres géantes, et des productions « bio » en jardins partagés, comment nos sociétés souhaitent-elles s’alimenter ? D’un agro-parc géant à Bengalore (Inde) jusqu’à Berlin, capitale de l’agriculture urbaine, le tour d’horizon est vaste et alimente le débat.

Agriculture industrielle mondialisée ou agriculture paysanne de proximité ? Venez vous faire votre idée !
Lundi 1er décembre 20h30 - Cinéma Le Rohan, Landerneau - Entrée libre

vendredi 15 novembre 2013

Agriculture et Agroalimentaire breton : il faut changer de direction !

Communiqué du « Collectif 29 pour la Souveraineté Alimentaire dans les Pays du Sud et en Europe » (11 novembre 2013)

Notre modèle breton de production hors sol développé dans les années 1970 et « boosté » par des subventions est à bout de souffle. Certes il aura apporté dynamisme et richesses à notre région et à une partie de la population. Mais aussi, hélas, beaucoup de désillusions et de « casse » humaine. Nous pensons d’abord aux salariés et aux agriculteurs victimes de la crise actuelle. Ce n’est que la partie visible de l’iceberg : en 40 ans la Bretagne a perdu 100 000 actifs dans la production agricole, et aujourd’hui encore la concentration des exploitations et des élevages, liée à ce modèle, entraîne la disparition d’un millier de paysans chaque année. Nous connaissons les dégâts environnementaux considérables qu’ont provoqués les excès de notre agriculture, nous connaissons aussi les dégâts énormes qu’a infligés aux paysans du Sud notre politique exportatrice. Sans parler des conséquences de nos importations de soja sur les petits paysans privés de leur terre en Amérique du Sud. La mondialisation et le libre-échange profitent à une minorité mais entraînent la dérégulation et la casse sociale pour le plus grand nombre. Quelles solutions ici, si en Allemagne les abattoirs tournent avec des salaires de 400 euros et si l’Union Européenne laisse faire ?

Aujourd’hui tous les acteurs de la région (économiques, politiques, syndicats, et autres acteurs de la société civile) doivent utiliser leur dynamisme et leur créativité pour construire un nouveau développement pour la région, et non pour maintenir à tout prix le système en place. Actuellement la Bretagne est championne dans la production de gros volumes de produits animaux à faible valeur ajoutée ; elle doit devenir championne de la qualité et de la valeur ajoutée tout en renouant avec de bonnes pratiques agronomiques et environnementales, en développant une agriculture paysanne, la production bio et les circuits courts : des systèmes économes en intrants mais nécessitant plus de travail, donc d’emplois. La Région doit promouvoir et accompagner ces mutations. Nous devons viser en priorité le marché européen (premier marché solvable au monde) et veiller à ne pas déstabiliser les paysans du Sud en exportant hors de l’U.E. nos productions soutenues par la P.A.C.

« Le Collectif 29 pour la Souveraineté Alimentaire dans les pays du Sud et en Europe » est composé de 13 associations rassemblant des organisations paysannes, des associations de solidarité internationale et de la société civile : Peuples Solidaires, C.C.F.D.-Terre Solidaire, C.M.R., Confédération Paysanne, Maison de l’Agriculture Bio, Ti ar Bed, Attac 29, Kaol Kozh, CIVAM, les Biocoop, CICODES, Afrique Verte Pen ar Bed, Bro an Are.

lundi 16 septembre 2013

Un marché de producteurs, pour la semaine « Bio et local c'est l'idéal »

Les produits bio on aime ça, mais bien moins si ça vient de l'autre bout du monde... Et la production locale on la soutien, mais surtout si elle est respectueuse de notre environnement...
Ne pas choisir entre les deux, voilà le concept de l'opération « Bio et Local c'est l'idéal » !

Bio et local c'est l'idéal 2013 Finsitère

Pour l'occasion, La clef des champs organise un marché de producteurs locaux devant le magasin. Certains se rappellent peut-être du marché que nous avions ainsi organisé pour le premier anniversaire... On ne change pas la recette qui avait eu du succès : un vendredi, en fin d'après-midi, avec un petit apéro offert à 19h.

Cette fois-ci nous avons invité :

  • Le GIE Douar Bev de La Roche Maurice (maraichage),
  • Aurélie Stéphan et ses galettes Ti'boom,
  • Abglenn de Péderneg (notre fournisseur de viande de porc),
  • Les crêpes bio de Bénodet (bilig sur place !),
  • Les bonnes Herbes de Kerlaouedet,
  • La boulangerie « les folies gourmandes » de Braspart,
  • Mickaël Pont et ses pommes,
  • Bernard Guéguen et Anne Gragnic (qui approvisionnent le magasin en champignons)
  • et un stand de présentation de la monnaie locale « Héol », où vous pourrez échanger vos euros !

Ça se passera le vendredi 27 septembre, de 16h à 19h... On compte sur vous !

- page 1 de 3