La clef des champs - Biocoop - Landerneau

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Des échanges équitables

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 2 novembre 2017

Vendredi 10/11 à 20H : Projection "FOOD COOP", Les Studios (29-Brest)

foodcoop.jpg

Documentaire réalisé par Tom Boothe
Durée : 1h37

En pleine crise économique, dans l'ombre de Wall Street, une institution qui représente une autre tradition américaine est en pleine croissance. C'est la coopérative alimentaire de Park Slope, un supermarché autogéré où 16 000 membres travaillent 3 heures par mois pour avoir le droit d'y acheter les meilleurs produits alimentaires dans la ville de New York aux prix on ne peut moins chers.

Ciné/débat dans le cadre Le Mois de l'Economie Sociale et Solidaire, avec l'association ADESS.

Vendredi 10 novembre 2017 à 20h
Les Studios, 136 rue Jean Jaurès, Brest
Tarif unique à 4,50€

samedi 13 février 2016

L'héol progresse dans le pays de Landerneau

Ouest-France - 11 février 2016 - Enquête

À la biocoop - La Clef des Champs à Landerneau, l'héol se pratique au quotidien
Lentement mais sûrement, les commerçants utilisent l'héol. La monnaie à vocation sociale et solidaire transmet aussi un message politique.

L'héol est une monnaie complémentaire de l'euro, dont l'usage se fait exclusivement sur le territoire du pays de Brest et ses environs. Elle promeut l'économie locale et certaines valeurs sociales. Trois ans après son lancement, 33 000 héols sont maintenant en circulation.

« La monnaie connaît de plus en plus d'utilisateurs particuliers », indique Mona Houssais, chargée de mission pour l'héol auprès de l'Adess. Dans le pays de Landerneau, 78 adhérents utilisaient cette monnaie en juin 2014. En janvier 2016, ils sont 150 pour 19 structures. Malgré cette augmentation, la monnaie complémentaire peine à toucher des publics non-sensibilisés à ses vertus. Pour Frédéric Le Saout, gérant de la biocoop de Landerneau, « le fait de changer les euros en héol peut freiner la pratique de cette monnaie ».

Pour inciter les gens à utiliser cette monnaie, Frédéric Le Saout tente de mettre des héols directement dans les poches du consommateur. « L'achat de produits locaux à la biocoop donne lieu à une remise qui peut être doublée en héol », indique-t-il. Les employés de la biocoop peuvent toucher une part salariale dans cette monnaie, s'ils le souhaitent. Enfin, une partie des bénéfices du magasin est reversée directement en héol aux fournisseurs et producteurs locaux.

L'association héol se tourne également vers les comités d'entreprises. Pendant les fêtes de fin d'année, 121 salariés ont bénéficié d'un pack héol en remplacement des traditionnels chèques Cadhoc. Adeline Joly, co-gérante de la librairie Les passagers du Livre, tire un bilan positif de cette initiative : « L'héol nous permet une bonne visibilité et donc un apport de clientèle. »

Un projet d'émettre toute l'année des chèques sociaux au sein des comités d'entreprises est en cours d'élaboration.

Enfin, « l'héol est un outil politique qui permet de développer une action sociale », rappelle Frédéric Le Saout. Une idée reprise par la commission citoyenneté de Landerneau, qui souhaiterait « remettre à titre expérimental des héols à des familles bénéficiaires des aides sociales », précise Sylvie Joncour, directrice de la MPT/CS.

Vingt foyers se verront remettre quarante héols par mois sur une durée de 10 mois, auquel participerait le volontaire à hauteur de 10 €. Cette expérimentation sera menée en parallèle sur le territoire de Brest et de Lesneven. Elle devrait permettre de sensibiliser les citoyens, mais aussi les élus. Ces derniers s'intéressent de plus en plus aux bienfaits de cette monnaie complémentaire. « Le fait que la gestion de l'héol soit désormais autonome lui confère plus de légitimité auprès des acteurs locaux », indique Mona Houssais. Un levier qui devrait concrétiser les ambitions de l'association.

vendredi 10 février 2012

Vous pouvez payer vos courses en héols !

On vous en parlait il y a quelques temps : et bien ça y est ! Héol, la monnaie locale et solidaire du Pays de Brest est arrivée !
Et comme nous vous l'annoncions, ces jolis billets sont utilisables à notre caisse... mais aussi dans un réseau d'acteurs bien sympathiques : commerce équitable, crèches associatives, recyclerie, boutique bébé, producteur bio, architecte éco-habitat... liste complète sur www.heol.infini.fr.

Paiement en billets heols

Et si l'aventure vous tente, sachez que nous sommes aussi "Comptoir d'échange" : vous pouvez donc venir échanger vos euros contre des héols directement au magasin.

mercredi 23 novembre 2011

Une monnaie locale et solidaire... l'Héol arrive !

Affiche Héol Le projet s'organise depuis quelques temps déjà : créer une monnaie "locale et solidaire" sur le Pays de Brest. Les choses se précisent, et l'on devrait voir les premiers "Héols" circuler début 2012.
Cette nouvelle monnaie permet de donner du sens aux échanges, ses objectifs sont les suivants : valoriser et développer l'économie sociale et solidaire, relocaliser les échanges économiques, favoriser une économie réelle, sensibiliser à une autre consommation...
Les curieux retrouveront plus d'informations sur le site eco-sol-brest : http://www.eco-sol-brest.net/L-Heol-arrive-en-2011.html

Elle sera donc acceptée par des acteurs respectueux de l'homme et de l'environnement... une charte existe déjà, et précise les pratiques et les valeurs de ceux qui utiliseront Héol. La clef des champs devraient bien entendu en être...

Un concours vient d'être ouvert pour permettre de choisir le visuel des billets.
Ça se passe ici, et c'est à vous de décider !

mercredi 6 juillet 2011

Visite de femmes transformatrices de céréales...

Angela et Mimouna sont Burkinabaises, et sont en France pour 15 jours. Soutenues par l'association Afrique verte et localement par la Coopérative laitière de Ploudaniel, elles font parties du Réseau des Transformatrices de Céréales du Faso (RTCF) : elle transforment et vendent les céréales produites dans leur pays (fonio, riz, maïs, sorgho, mil,...).

Confrontées à la concurrence des produits d'importation, et à l'arrivée de petits supermarchés à Ouagadougou, elles cherchent à mieux s'organiser, à mieux emballer et présenter leurs produits, à mieux prendre en compte les contraintes de qualité et d'hygiène.
Nous ne pouvons que soutenir cette démarche qui vise à développer l'agriculture vivrière "chahutée" par la mondialisation.

Au programme de leur séjour en France : découverte du milieu coopératif agricole, visites de petites exploitations, d'ateliers de transformation,... et même un détour par un petit magasin qui, comme elles, donne la priorité aux approvisionnements locaux...

Bon courage à elles !

Transformatrices céréales Burkina

mercredi 18 mai 2011

Assemblée régionale de la Nef, à Landerneau le 23 mai

Logo La Nef

La Nef est une coopérative de finances solidaires qui a participé au financement de notre projet.

D'un côté, La Nef collecte de l’épargne déposée par des particuliers, des associations et des entreprises. Toute personne physique ou morale désireuse de donner un sens à son argent peut ouvrir un compte à la Nef.
De l'autre, La Nef accorde des financements qui permettent de soutenir la création et le développement d’activités professionnelles et associatives à des fins d’utilité sociale et environnementale

Aujourd'hui la Nef n'est pas une banque au sens stricte du terme, mais elle propose néanmoins des services bancaires aux particuliers : carte bancaire, chéquier, compte courant, dépôts à terme... cela pourrait vous intéresser.

Les sociétaires de la Nef (je, tu, il,... nous sommes de plus en plus nombreux !) décident de l'avenir de leur coopérative : ils ont connaissance de tous les prêts accordés, ils suivent avec beaucoup de transparence le fonctionnement interne, et se réunissent régulièrement pour partager leurs avis.
Nous avons le plaisir d'accueillir au magasin la prochaine réunion régionale des sociétaires de La Nef. Ce sera lundi 23 mai, à 19h.

Plus d'infos : http://www.lanef.com

lundi 5 avril 2010

Sortie du film "Solutions locales pour un désordre global" de Coline Serreau

film-solutions-locales.jpg «Dépassant la simple dénonciation d’un système agricole perverti par une volonté de croissance irraisonnée, Coline Serreau nous invite dans « Solutions locales pour un désordre global » à découvrir de nouveaux systèmes de production agricole, des pratiques qui fonctionnent, réparent les dégâts et proposent une vie et une santé améliorées en garantissant une sécurité alimentaire pérenne.»
Site web officiel : www.solutionslocales-lefilm.com

Projection à Brest, le jeudi 8 avril à 20h – Cinéma les Studios - 3€. Le film sera suivi d’un débat avec les acteurs de l’ESS du Pays de Brest.

Cette soirée annonce les rencontres ESS2010 "Consommer responsable et solidaire au Pays de Brest" les 27 et 28 mai :

  • Habiter ensemble - Construire un projet d’habitat groupé sur un territoire ?
  • Eco-construction - Généraliser les pratiques et consolider l’éco-construction sur un territoire ?
  • Commerce Equitable - Comment l’implication dans le Commerce Equitable peut questionner le développement global du commerce ?
  • Consommer local et Bio - Changer d’échelle pour une production et une consommation locale, bio et accessible à tous ?
  • Recycleries et ré-emploi - Outil au service du changement des comportements ?
  • Se déplacer autrement - Quelles alternatives aux déplacements courts et en voiture ?

Un programme réjouissant, à suivre sur : www.eco-sol-brest.net

mercredi 27 janvier 2010

Un consomm'acteur ne regarde pas que le prix...

"Nos grands-parents mangeaient bio sans le savoir. La grande distribution a désormais intégré ce business du "manger sain". Et en profite pour augmenter ses marges, comme le prouve notre enquête dans près de 1800 magasins..." C'est par ces mots que Christian Jacquiau introduit son article "La bio à tous prix" dans le magazine Que choisir de février. Celui-ci accompagne l'enquête que l'association de consommateurs UFC vient de mener sur le prix des produits bio en grande distribution. Quelques magasins spécialisés (réseaux Biocoop et La vie claire) ont aussi été relevés. L'article vaut le détour, en particulier lorsqu'il évoque les alternatives (AMAP, vente directe, magasins de producteurs...). L'enquête aussi est instructive...

Sur les produits transformés et les plats préparés la grande distribution semble mieux placée que les magasins Biocoop... ce n'est pas étonnant : le gigantisme des 5 grands réseaux français de distribution, les négociations "serrées" avec leurs fournisseurs, et maintenant les "marques de distributeurs" permettent à ces mastodontes de faire des économies d'échelles importantes. Sans compter l'origine des produits et le fait que le label "AB" ne dit pas tout : la bio industrielle et inéquitable c'est malheureusement possible... Par contre sur les produits de base (lait, pâtes, riz, huiles, céréales, etc), les magasins Biocoop sont souvent moins cher que la grande distribution ! Une bonne nouvelle car une consommation écologique et responsable, c'est aussi consommer différemment : moins de produits transformés et plus de cuisine, plus de produits en vrac et moins d'emballages, moins de viande et plus protéines végétales...

Nous savons de toute façon que, si seul le prix compte, alors nous ne serons jamais meilleur que les autres ! En effet, une production paysanne, souvent locale, une distribution transparente, dans des magasins à taille humaine, et des pratiques commerciales respectueuses : tout cela a un coût... alors des prix bas oui, mais surtout des prix justes ! C'est notre projet en tout cas...

L'émission Service Public de France Inter sur le sujet, avec le président de Nature et progrès comme invité, à écouter directement en ligne :